• Joanne Paiement

EN REGARDANT GRANDIR NOS FILLES


Ce 8 mars nous allons tous nous mettre derrière nos claviers et rivaliser de mots savants, dithyrambiques rimés alambiqués, Des enchaînements de compliments, certaines femmes seront encensées et d’autres reconnues pour leur succès, certaines plus modestes lèveront la tête pour soudainement entendre de si belles choses penchées sur des berceaux. Un peu plus loin d’autres femmes seront oubliées, d’autres retourneront dans le passé pour se souvenir du chemin parcouru. Certaines n’entendront ni ne verront ces cascades de louanges parce qu’elles seront en salle d’op à opérer, d’autres dans cette même salle d’op attendront patiemment qu’on les soigne.

Celles que vous avez en ce moment sous les yeux ne représentent qu’une infime portion de toutes celles qu’on aimerait y voir.

Tournez la tête de gauche à droite, un peu derrière mais surtout devant, elles sont toutes là.

Entendons le silence de nos filles, lisons dans leurs yeux ce qu’elles taisent.

Cette année nous saluons nos femmes d’affaires et celles qui les supportent, celles qui les poussent et celles qui leurs font confiance.

Elles sont jeunes et matures à la fois, elles portent le passé, le présent et le futur en elles, leur vie courte ou longue, leur vie intéressante ou non elles sont fières et souriantes tellement pareilles aux autres tellement différentes.

La prochaine décennie verra des femmes s’imposer, verra des femmes s’affranchir, en verra d’autres devenir des héroïnes de l’ombre, nos soeurs Ukrainiennes nos soeurs Russes sacrifiées et résistantes, nos soeurs Africaines Asiatiques Autochtones Indiennes toutes ensemble répandant un parfum de paix.


Pour que le bleu de la planète le demeure, ce monde a besoin de tendresse.


17 vues0 commentaire

BLOG